22/02/2013

Journée européenne des victimes à Huy.

A l'occasion de la journée européenne des victimes, Aide et Reclassement fait le bilan de son service Aide aux Victimes et se tourne vers l’Europe, 30 ans après le Livre Blanc.


logo SAVI.jpg 

Depuis 1993, le 22 février a été désigné « journée européenne des victimes ».  L’initiative des organisations d’aide aux victimes vise à porter l’attention sur l’état des actions menées en faveur des victimes dans les différents pays. Elle attire l’attention du public et des responsables politiques sur les efforts encore nécessaires, pour rendre effectifs les principes de justice à l’égard de ceux de nos concitoyens (adultes ou enfants) qui ont subi un préjudice (y compris une atteinte physique, émotionnelle ou une perte matérielle) causé par une infraction pénale.

A Huy, l’ASBL Aide et Reclassement s’est très tôt inscrite dans ce mouvement en prenant l’initiative d’organiser, dès le début des années 90, les premières éditions de la journée des victimes, d’abord seule puis en collaboration avec une association flamande..  Plus récemment, c’est le Forum National pour une politique en faveur des victimes qui a pris le relais organisant, dans le contexte de cette journée anniversaire, plusieurs journées d’études ou initiant des campagnes d’informations. 

A l’occasion de cette 20° édition de la journée des victimes, dans notre pays, Aide et Reclassement souhaite mette en lumière le bilan de son Service d’aide aux victimes.

Pour le SAV, situé 22, rue Rioul, l’année 2012 a été marquée par une augmentation significative des demandes de victimes adultes et enfants qui ont fait appel à son équipe pluridisciplinaire, composée de 3 psychologues, d’une juriste, d’une assistante sociale et d’un criminologue.  Tout au long de l’année, la petite équipe pluridisciplinaire a dû faire face à cet afflux qui s’est particulièrement traduit par une hausse des demandes de prise en charge psychologique (+15%) et singulièrement des suivis psychologiques d’enfants et d’adolescents (+50%).  C’est dire si l’équipe a dû puiser dans ses ressources et repenser à plusieurs reprises son organisation pour donner suite à toutes les demandes. 339 dossiers ont été traités dont 188 pour de nouveaux bénéficiaires. 234 demandes ont fait l’objet d’interventions psychologiques dont 91 concernant des mineurs, 117 appelaient à des interventions juridiques et 78 ont nécessité l’intervention de leur assistante sociale.

Pour l’asbl hutoise, l’année 2013 marque également une étape importante dans le chemin parcouru en faveur des victimes : il y a 30 ans que sa section victimologie publiait un livre blanc qui allait être le point de départ d’une importante campagne en faveur de l’indemnisation des victimes d’infractions[1].  C’est la même année qu’elle organisait un colloque européen où allait être présentées, les premières recommandations du Conseil de l’Europe qui ont inspiré en bien des points les avancées de la politique en faveur des victimes dans notre pays.

Aujourd’hui encore, c’est vers l’Europe que se tournent les regards de ceux qui considèrent que de nouvelles avancées des droits des victimes sont souhaitables.  A cet égard, il faut saluer la récente adoption d’une nouvelle directive de l’UE concernant les droits, le soutien et la protection des victimes de la criminalité dans les pays membres.  Il appartient désormais à la Belgique de transposer dans son droit les différentes obligations qui en découlent.



[1] Livre Blanc sur l’indemnisation publique des victimes d’infraction, ASBL Aide et Reclassement avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, Huy, juin 1983.

Commentaires

des nouvelles?

Écrit par : Gowlpreerce | 25/11/2013

Répondre à ce commentaire

N'hésitez pas à conssulter la page SAV du site de l'Asbl Aide et Reclassement ou les liens utiles. Prochainement nous y mettrons en ligne quelques documents qui ont marqué le parcours de la section victimologie

Écrit par : Daniel Martin | 26/11/2013

Répondre à ce commentaire

Monsieur Martin bonjour,

J'aurai besoin (dans un délai très court malheureusement) de quelques informations rapide sur l'état du processus de transposition en Belgique de la directive Victimes 2012/29 et notamment des enjeux pour les victimes sans- papiers. Si vous pensez pouvoir m'aider de quelques façons je vous laisse mes coordonnées:
Julien BLANC
Juliengblanc@gmail.com
0488.58.99.92
Skype: Juliengblanc (ville: Bruxelles)

Merci et bonne journée!

Écrit par : BLANC Julien | 01/04/2015

Répondre à ce commentaire

Merci d'effacer mes coordonnées à réception de ce message SVP.

Écrit par : BLANC Julien | 01/04/2015

Les commentaires sont fermés.